décadence


décadence

décadence [ dekadɑ̃s ] n. f.
• 1468; d'une construction 1413; lat. médiév. decadentia, de cadere « tomber »
Acheminement vers la ruine; état de ce qui dépérit, périclite. abaissement, affaiblissement, affaissement, chute, déchéance, déclin, décrépitude, dégénérescence , 1. dégradation, dépérissement . « Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence », ouvrage de Montesquieu. « Grandeur et décadence de César Birotteau », roman de Balzac. Être, tomber en décadence. baisser, déchoir. « Où aimerais-je aller ? Nulle part. Le monde entier est en décadence » (Drieu la Rochelle). « chaque école poétique a ses phases, son cours, sa croissance, sa décadence » (Sainte-Beuve).
Par méton. Moment de l'histoire où a lieu cette dégradation. Spécialt Les derniers siècles de l'Empire romain. Les mœurs dissolues, le syncrétisme de la décadence.
⊗ CONTR. Croissance, épanouissement, montée, progrès.

décadence nom féminin (latin médiéval decadentia) État d'une civilisation, d'une culture, d'une entreprise, etc., qui perd progressivement de sa force et de sa qualité ; commencement de la chute, de la dégradation : Entrer en décadence. Période historique correspondant au déclin politique d'une civilisation. ● décadence (citations) nom féminin (latin médiéval decadentia) Paul Verlaine Metz 1844-Paris 1896 Je suis l'Empire à la fin de la décadence, Qui regarde passer les grands Barbares blancs En composant des acrostiches indolents D'un style d'or où la langueur du soleil danse. Jadis et naguère, Langueur Messeindécadence (synonymes) nom féminin (latin médiéval decadentia) État d'une civilisation, d'une culture, d'une entreprise, etc., qui perd...
Synonymes :
- abâtardissement
- déchéance
- déclin
- décrépitude
- dégénérescence
- dégradation
- déliquescence
- dépérissement
- relâchement
Contraires :
- développement
- élévation
- épanouissement
- montée
- progrès

décadence
n. f. Commencement de la chute, de la ruine. Tomber en décadence.
|| Spécial. Période de déclin politique et économique, accompagné d'un déclin des institutions, des valeurs d'une société.

⇒DÉCADENCE, subst. fém.
A.— Vx, rare. État de ce qui commence à tomber, à s'écrouler :
1. Si j'habitais Marseille (...) j'irais me loger à la Tourette. C'est une terrasse magnifique, élevée de 100 pieds au-dessus de la mer; et l'on n'en est séparé que par un précipice naturel (...) Un vieux mur en décadence sépare seul de la mer profonde.
STENDHAL, Mémoires d'un touriste, t. 3, 1838, p. 195.
B.— Au fig., usuel. État de ce qui commence à se dégrader et évolue progressivement vers sa fin ou sa ruine. Décadence de l'art/des arts, des lettres, des mœurs. C'est bien triste d'assister à la décadence de ceux qu'on aime, de voir leurs forces s'en aller, leur intelligence disparaître (FLAUB., Corresp., 1871, p. 289). La décadence est la grande minute où une civilisation devient exquise (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 145).
En décadence :
2. On nous a assez dit que nous étions un peuple en décadence, qui ne fait plus d'enfants qui n'a plus de foi en soi-même, qui se décompose assez voluptueusement sur le territoire admirable dont il jouit depuis trop de siècles.
VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 70.
SYNT. Décadence économique, morale; la décadence d'un empire, d'un état, d'une ville; des causes, des signes, des symptômes de décadence; être en (pleine) décadence; tomber en décadence. Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau (roman de Balzac, 1837).
P. méton.
1. Période de l'histoire correspondant à une régression sur le plan politique et/ou artistique. Vers la décadence de l'art byzantin, la pyramide renversée devient la seule forme en usage [pour les chapiteaux] (LENOIR, Archit. monast., 1852-56, p. 366).
Spéc. Période correspondant aux derniers siècles de l'Empire Romain :
3. Les auteurs latins de la décadence, les tragédies de Sénèque, par exemple, ont souvent meilleur air, quand elles sont traduites en français, que les chefs-d'œuvre de la grande époque.
RENAN, L'Avenir de la sc., 1890, p. 516.
2. Emploi d'auteur. Œuvre ou trait caractéristique du style d'une époque de décadence artistique. Je marchai environ une heure (...) avant d'arriver au temple qui est d'une architecture pleine de magnifiques décadences (DU CAMP, Nil, 1854, p. 294).
3. Rare. Ensemble des doctrines du mouvement décadent de la fin du XIXe siècle. Synon. plus fréquent décadentisme. Le « moment » 1885-1895 où le naturalisme comme l'esthétisme et la décadence essaient de s'implanter sur le sol anglais (Arts et litt., 1936, p. 4012).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1413 « état d'une construction qui se dégrade » (Denombr. du baill. de Caux, A.N. P 303, f° 99 v° ds GDF. Compl.); en 1835 Ac. note ,,Il n'est presque plus d'usage au propre``; 1468 « acheminement vers le déclin, la ruine » (CHASTELLAIN, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, t. 5, p. 179). Prob. empr. au lat. médiév. decadentia (plur. devenu fém. sing. de decadere, v. déchoir), v. DU CANGE s.v. et s.v. avaluacio. Fréq. abs. littér. :773. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 181, b) 1 333; XXe s. : a) 1 145, b) 876.

décadence [dekadɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1413; lat. médiéval decadentia, de de- (→ 2. Dé-), et cadens, p. prés. de cadere « tomber ». → Caduc; déchoir.
1 Vx. Dégradation (d'une construction). || La décadence d'un palais.Loc. En décadence : en ruine. || Cette maison tombe en décadence.
1 Les plus fermes bâtiments tombent enfin en décadence.
Descartes, Traité du monde, 3, in Littré.
2 (1468). Mod. Acheminement vers la ruine, la dégradation. Abaissement, affaiblissement, affaissement, chute, déchéance, déclin, décrépitude, dégénérescence, dégradation, dégringolade, descente, détérioration, écroulement, fin, perte, ruine. || La décadence d'un État, d'un empire. || Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, ouvrage de Montesquieu. || Grandeur et décadence de César Birotteau, roman de Balzac. || La décadence des arts, des lettres. || Tomber en décadence. Baisser, déchoir, périr, tomber. || Être en décadence. || Génie en décadence. Couchant (à son couchant). || Présenter des signes, des symptômes de décadence ( Bercer, cit. 8).Par métonymie. Moment de l'histoire où a lieu cette dégradation (politique, sociale, morale, artistique…). || Vivre en pleine décadence, dans une complète décadence.
2 Nous, l'État le plus mûr et le plus avancé, nous montrons de nombreux symptômes de décadence.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 316.
3 (…) chaque école poétique a ses phases, son cours, sa croissance, sa décadence.
Sainte-Beuve, Correspondance, I, p. 148.
4 La décrépitude et la décadence de l'Inde brahmanique, l'usure de ses monuments surhumains, la tombée en poussière de ses rites et de ses fêtes, m'apparaissent irrémédiables, en cette décevante minute, de même que l'amoindrissement de sa race superbe.
Loti, l'Inde (sans les Anglais), IV, IV, p. 173.
5 J'affirme qu'un peuple soumis pendant un demi-siècle au régime actuel des cinémas américains s'achemine vers la pire décadence.
G. Duhamel, Scènes de la vie future, III, p. 59.
6 (…) au contraire d'un consentement résigné au spectacle de la décadence, une confiance profonde dans l'homme et dans le monde où il agit.
Daniel-Rops, Ce qui meurt et ce qui naît, I, p. 5.
Hist. Les derniers siècles de l'Empire romain. || Les Romains de la décadence. || Les poètes de la décadence.
7 D'autres croient en rhéteurs, parce que les auteurs auxquels ils ont voué un culte ont été de cette opinion : sorte de religion classique, littéraire. Ils croient au christianisme comme les sophistes de la décadence croyaient au paganisme.
Renan, Souvenirs d'enfance…, Appendice, p. 285.
CONTR. Avancement, croissance, épanouissement, grandeur, montée, progrès, triomphe.
DÉR. Décadent.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Decadence — Décadence Pour les articles homonymes, voir Décadence (homonymie). Le concept de décadence renvoie à la Rome antique et reste ancré dans la civilisation occidentale depuis le traumatisme provoqué par la chute de l Empire romain. Le terme vient du …   Wikipédia en Français

  • décadence — DÉCADENCE. s. f. Disposition à la chute, à la destruction, état de ce qui tend à sa ruine, commencement de ruine. Ce Palais s en va en décadence. Tomber en décadence. Aller en décadence. [b]f♛/b] Il se dit figurément De tout ce qui va vers son… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • decadence — Decadence. s. f. Disposition à la cheute & commencement de ruine. Ce palais s en va en decadence. tomber en decadence. aller en decadence. Il signifie aussi fig. L adversité, le malheur, la ruine des affaires de quelqu un. Ses affaires vont en… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Decadence — De*ca dence, Decadency De*ca den*cy, n. [LL. decadentia; L. de + cadere to fall: cf. F. d[ e]cadence. See {Decay}.] A falling away; decay; deterioration; declension. The old castle, where the family lived in their decadence. Sir W. Scott. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • decadence — (n.) 1540s, from M.Fr. décadence (early 15c.), from M.L. decadentia decay, from decadentem (nom. decadens) decaying, prp. of decadere to decay, from L. de apart, down (see DE (Cf. de )) + cadere to fall (see …   Etymology dictionary

  • decadence — [dek′ədən sēdek′ə dəns; ] also [ di kād′ ns] n. [Fr décadence, a falling away < ML decadentia < prp. of VL * decadere, to fall away < L de , from + cadere, to fall: see CASE1] a process, condition, or period of decline, as in morals, art …   English World dictionary

  • Décadence — (fr., spr. Dekadangs ), Verfall, Abnahme …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Décadence — (franz., spr. dāngß ), Verfall, Abnahme …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Décadence — (frz., spr. dángß), Dekadénz, Verfall, Abnahme; Bezeichnung einer bestimmten Richtung in der modernen Literatur, im Gegensatz zum Naturalismus entstanden, begründet in einem durch die Überfeinerung des Lebens hervorgerufenen Absterben der… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Décadence — (frz. Dekadangs), Abnahme, Verfall …   Herders Conversations-Lexikon